Juridique

Ouvrir un salon de coiffure : les règles à connaître et coût 

Par Joane Eftekhari
Publié le 27 juillet 2023
Lecture de 4min
salon de coiffure
Table des matières

Vous êtes coiffeur ou coiffeuse et souhaitez ouvrir votre propre salon de coiffure ? Pour ouvrir un salon de coiffure 💇‍♀️, il vous faut connaître les modalités et formalités à accomplir : obtention d’un diplôme, création d’une entreprise, réglementation à respecter… Par ailleurs, pour mener à bien ce projet, il est nécessaire de bien le préparer en amont : quel statut juridique choisir ? Rue passante ou emplacement sans concurrence ? Quelles prestations proposées ? Quel budget à prévoir ? Quelles sont les normes à respecter ? 

 

On vous donne toutes les clés pour mener à bien votre projet !

Quels sont les diplômes permettant d’ouvrir un salon de coiffure ?

diplômes salon de coiffure

L’accès à la profession de coiffeur est réglementé. 

 

Un certificat d’aptitude professionnelle métiers de la coiffure (CAP coiffure) est suffisant pour devenir coiffeur.

 

En revanche, pour ouvrir votre propre salon, vous devez être titulaire de l’un des diplômes suivants :

  • le brevet professionnel coiffure (BP coiffure) ;
  • le brevet de maîtrise (BM) coiffure
  • le brevet de technicien supérieur (BTS) métiers de la coiffure ;
  • le certificat de qualification professionnelle (CQP) responsable de salon de coiffure

 

Bon à savoir : vous pouvez ouvrir un salon de coiffure sans diplôme si vous embauchez un salarié ayant le diplôme nécessaire. 

 

Ouvrir un salon de coiffure ou reprendre un salon de coiffure existant ?

En reprenant un salon de coiffure, vous bénéficiez déjà d’une clientèle, d’un local et d’un chiffre d’affaires. La reprise d’un fonds de commerce coûte plus chère que la création de votre propre salon. 

Comment estimer la valeur d’un commerce ? Notre article répond à vos questions ! 

En revanche, lorsque vous créez votre salon de coiffure de A à Z, vous avez tout à faire. En contrepartie, vous êtes totalement maître de la situation. 

Ouvrir un salon de coiffure franchisé ou un salon de coiffure indépendant ?

Lorsque vous ouvrez votre salon de coiffure de manière indépendante, vous devrez réaliser toutes les démarches et supporter le coût d’ouverture. Vous assurerez vous-même la gestion de votre entreprise. 

 

En revanche, si vous optez pour un salon de coiffure sous une franchise, vous aurez à vous conformer aux normes de la maison-mère. Elle pourra interférer dans votre gestion. Par ailleurs, vous aurez à vous acquitter d’un droit d’entrée. Toutefois, ouvrir avec une franchise vous fera bénéficier d’un accompagnement et d’une meilleure visibilité 👀. 

Quelles sont les étapes préalables pour ouvrir un salon de coiffure ?

salon de coiffure étapes préalables

Avant de réaliser les formalités de création de votre salon de coiffure, vous devez commencer par définir votre offre, trouver un emplacement et réaliser une étude de marché et un business plan. Let’s go ! 

Définir son offre

La plupart des salons de coiffure sont mixtes et proposent les mêmes prestations. Toutefois, rien ne vous empêche de cibler une clientèle (enfants, futures mariées…), de proposer des prestations accessoires (par exemple le maquillage 💄) ou encore de vendre des produits. 

 

Prenez le temps de définir votre projet. 

Choisir son emplacement

Un des points importants pour la réussite de votre ouverture est de trouver un local commercial adapté et idéalement placé. Vous avez deux options : 

  • un endroit très fréquentée avec beaucoup de passage (dans un centre-ville ou une zone commerciale par exemple) ;
  • une zone peu fréquentée avec peu de concurrence (dans une petite commune ou à la campagne par exemple).

🤔 Pensez à avoir un local suffisamment grand : comptez en moyenne 10 m2 par coiffeur 💇. Il vous faudra une partie technique pour la réalisation des shampoings et des coiffures et une partie « accueil ». 

Par ailleurs, vous aurez besoin de nombreuses arrivées d’eau 🚰 !

⚠️ Lors de la visite, prenez note des éventuels travaux à réaliser (mise aux normes, ajout de prises électriques 🔌, les aménagements, etc.). La facture peut vite grimper. 

Faire une étude de marché

L’étude de marché vous permet de vérifier le potentiel commercial de votre salon de coiffure. L’étude de marché repose sur l’analyse du marché, de la clientèle et des concurrents. 

Réaliser un business plan

Avant d’ouvrir votre salon de coiffure, il est conseillé d’effectuer un business plan. C’est le document qui permet de vérifier la rentabilité de votre projet. Il comprend :

  • la présentation du projet ;
  • l’éventuelle étude de marché ;
  • la structure juridique choisie ;
  • les prévisions financières. 

 

La partie financière prend la forme de plusieurs tableaux financiers pour estimer votre futur chiffre d’affaires, les investissements nécessaires et les dépenses à prévoir. Elle peut comprendre : 

  • un plan de financement : il chiffre l’ensemble des besoins de financement au départ et sur trois ans ; 
  • un plan de trésorerie : il met en évidence le décalage entre les encaissements et les décaissements (les dépenses) ;
  • un compte de résultats prévisionnel : il pondère le chiffre d’affaires réalisé par les dépenses pour obtenir le résultat net ;
  • le bilan prévisionnel : il pose l’état du patrimoine à la clôture d’un exercice en distinguant les actifs (ce que l’entreprise possède) et les passifs (ce que l’entreprise doit). 

À partir du business plan, vous pourrez donc définir votre stratégie commerciale et fixer vos prix de vente 💲. 

 

👉 Si vous rejoignez une enseigne, demandez-leur des informations financières pour monter votre prévisionnel. 

 

Quelle est la réglementation applicable aux salons de coiffure ?

L’ouverture d’un salon de coiffure et son fonctionnement sont soumis au respect de nombreuses règles telles que l’affichage des prix et le respect des normes des établissements recevant du public (ERP).

coiffeur

L’affichage des prix

Vous serez libre de pratiquer les prix souhaités 💲. En revanche, ils devront être affichés, de manière visible et compréhensible, à l’intérieur (au niveau du lieu de paiement) et à l’extérieur de votre salon. Cette obligation concerne le tarif des prestations les plus courantes (par exemple : coiffage, coupe de cheveux, coloration, balayage, brushing, mèches, lissage, etc.) : 

  • au moins 10 prix TTC pour un salon pour les hommes ou pour les femmes ;
  • au moins 20 prix TTC pour un salon de coiffure mixte (10 pour hommes et 10 pour femmes). 

 

À noter : vous comptez créer un site internet ? Votre grille tarifaire devra être indiquée. 

 

Lorsqu’un forfait regroupe plusieurs prestations, il vous faudra afficher le détail des prestations. 

 

De plus, pensez à mettre à la disposition de votre clientèle une carte comportant la liste complète des prix et des prestations. 

 

L’émission de factures

En tant que coiffeur, vous serez tenu de remettre une facture à vos clients dès lors que le prix de la prestation sera supérieur ou égal à 25 € TTC. 

 

La facture devra indiquer le prix hors taxes et le prix toutes taxes comprises (TTC). 

 

Les factures seront à établir en deux exemplaires car il vous faudra en conserver une pendant deux ans. 

Le respect des normes des établissements recevant du public (ERP)

Votre salon de coiffure sera un établissement recevant du public (ERP) donc vous devrez respecter toutes les normes des ERP, notamment en matière de sécurité et de lutte contre l’incendie 🔥. Par exemple, le salon de coiffure aura besoin de plusieurs équipements anti-incendie et nécessitera la mise en place de mesures de prévention et de sauvegarde propres à assurer la sécurité des personnes. 

Par ailleurs, le salon devra être entretenu de manière à assurer la sécurité et la santé des salariés et des clients. De plus, il vous faudra vous conformer aux règles d’hygiène applicables. 

Votre salon de coiffure devra également respecter les normes d’accessibilité

Vous souhaitez diffuser de la musique 🎶 ? Pensez à demander l’autorisation auprès de la SACEM au moins 15 jours avant l’ouverture. Une redevance annuelle devra alors être payée. 

La réglementation des produits à l’acide thioglycolique

Vous ne pourrez utiliser les produits à l’acide thioglycolique, qui sert pour friser, défriser et onduler les cheveux, qui ont une concentration entre 8 et 11 % que si vous êtes titulaire du diplôme (BP, BM, titre équivalent, capacité professionnelle validée).

 

⚠️ La coiffure à domicile doit suivre d’autres règles. 

 

Quelle forme juridique choisir pour ouvrir un salon de coiffure ?

salon de coiffure et forme juridique

L’ouverture d’un salon de coiffure peut se faire sous le statut d’entreprise individuelle ou en créant une entreprise. 

 

L’entreprise individuelle propose des formalités de création allégées. On parle alors d’exercice en nom propre. Toutefois, si vous pensez tout de suite micro-entreprise (ou statut d’auto-entrepreneur), sachez qu’il est déconseillé en raison des plafonds de chiffre d’affaires et des investissements à réaliser. En effet, avec ce statut, vous ne pourrez pas déduire vos charges (loyer, matériel, travaux, énergie, salaires…) du chiffre d’affaires.

 

Si vous choisissez de créer une société commerciale, encore une fois deux options s’offrent à vous : la société pluripersonnelle ou unipersonnelle. La création d’une société permet de protéger votre patrimoine personnel et de limiter votre responsabilité à hauteur de vos apports dans la société. La société à responsabilité limitée (SARL) et la société à actions simplifiée (SAS) sont tout à fait adaptées. Par ailleurs, si vous êtes associé unique, elles ont leur version unipersonnelle : l’entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL) et la société à actions simplifiée unipersonnelle (SASU). La première propose une grande sécurité juridique avec des modalités prévues par la loi. Vous aurez le statut de travailleur non salarié (TNS) et vos bénéfices seront imposés à l’impôt sur le revenu par défaut. Quant à la SASU, elle offre une grande liberté. Vous serez assimilé-salarié et vos bénéfices seront imposés à l’impôt sur les sociétés par défaut. 

 

Bon à savoir : il est possible de créer un salon sans capital social et sans apport personnel.

 

Le choix du statut juridique a de nombreux impacts : régime social, rémunération, imposition, etc.

 

En fonction de votre statut juridique, vos bénéfices seront imposables dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) soit en votre nom à l’impôt sur le revenu (IR) ou au nom de la société, à l’impôt des sociétés (IS). Par ailleurs, votre salon de coiffure sera assujetti au taux normal de TVA. Les déclarations et les paiements dépendront de votre régime de TVA selon le chiffre d’affaires réalisé : régime réel normal, régime réel simplifié, franchise de TVA.

Comment ouvrir son salon de coiffure ?

Les coiffeurs et coiffeuses sont considérés comme des artisans. Vous devrez alors immatriculer votre activité artisanale au répertoire des métiers

 

Toutefois, la plupart du temps l’activité se cumulera avec une activité commerciale (revente de produits par exemple) et nécessitera alors une immatriculation au registre du commerce et des sociétés (RCS)

 

👉 Depuis le 1er janvier 2023, la déclaration d’entreprise se fait auprès du guichet unique de l’Institut national de la propriété intellectuelle. Il remplace les centres de formalités des entreprises (CFE) (par exemple la chambre des métiers et de l’artisanat). 

 

Par ailleurs, vous serez tenu d’enregistrer vos statuts auprès du service des impôts des entreprises (SIE) s’ils ont été établis par acte notarié (ou acte de commissaire de justice ou décision de justice) ou comportent un apport d’immeubles, de parts ou d’actions.

 

Bon à savoir : le stage de préparation à l’installation (SPI) n’est plus obligatoire. 

Quel budget prévoir pour ouvrir un salon de coiffure ?

L’ouverture d’un salon de coiffure requiert un certain budget, notamment pour :

  • les démarches de création d’entreprise (la rédaction des statuts, la publication d’un avis dans un journal d’annonces légales…) ; 
  • le financement du local (location sous le régime du bail commercial ou du bail dérogatoire ou achat du local) ;
  • l’aménagement du local ;
  • l’acquisition du matériel de travail ;
  • l’achat de l’éventuelle franchise ;
  • les salaires ; 
  • etc. 

Vous avez besoin d’un financement ? 🤔 Pensez à vérifier si vous êtes éligible aux aides à la création d’une entreprise

Conclusion

L’ouverture d’un salon de coiffure nécessite quelques préparations. L’élément principal est que vous devez disposer d’un diplôme pour pouvoir ouvrir un salon de coiffure ou embaucher un salarié qui dispose de ce diplôme. Ensuite, il vous faudra trouver un emplacement, choisir entre la location ou l’achat, et l’ouverture indépendance ou sous franchise. Une fois ces choix effectués, vous devrez choisir un statut juridique et commencer les démarches d’ouverture. De plus, la profession est très réglementée, pensez à vous renseigner sur la réglementation en vigueur. 

Joane Eftekhari
Inbound manager – Ex juriste
Partager

Autres articles

Conseils
4min
14 février 2024